Cerveau

La Kinésiologie

La Kinésiologie trouve son origine dans les années 60, à partir des travaux du Dr Goodhearth : un chiropracteur américain.
Celui-ci découvre que notre tonus musculaire change dès que quelque chose nous perturbe, que cette perturbation soit physique, chimique ou psychologique.
Avec le Dr J. Thie ils créent une méthode, le Touch for Health, « la Santé par le Toucher », qui est une rééquilibration musculaire de la structure, basée sur le raisonnement énergétique chinois.
D’autres techniques de Kinésiologie sont apparues par la suite, entre autre la Kinésiologie Psycho-Emotionnelle dont le Trois Concepts (également appelé One Brain) fait partie.
Tout en s’appuyant sur la structure par l’intermédiaire du test musculaire, cette méthode utilise les dernières recherches sur le cerveau, la communication et les systèmes de croyances.

Le test musculaire

Grâce au test musculaire, l’outil de base de la Kinésiologie, nous pouvons mesurer et évaluer de manière précise l’état du sujet et définir ses besoins de manière spécifique.
Le tonus musculaire étant constamment soumis aux influences extérieures, on peut donc évaluer une réponse physiologique de ce tonus en rapport avec les conflits, les frustrations, les chagrins présents ou passés, les émotions, la fatigue ou le surmenage, créant des somatisations plus ou moins importantes à l’origine de nombreux symptômes.
De la même manière, des bons souvenirs, certaines couleurs ou sons, des substances alimentaires ou des sentiments profonds de joie et de bonheur, ont un effet bénéfique mesurable.

Kinésiologie Psycho-Emotionnelle

En Kinésiologie Psycho-Emotionnelle comme par exemple le  » Trois Concepts « , le test musculaire est pratiqué dans le sens global de la personne en prenant en compte ses différents aspects: physique, mental, émotionnel. 
Dans ce modèle, nous utilisons le test musculaire de trois manières différentes :

  • pour évaluer la difficulté, et déterminer avec le sujet la meilleure direction à prendre.
  • pour chercher dans l’histoire de la personne le lien avec le problème présent.pour trouver l’intervention la plus appropriée, dans un domaine particulier et nécessaire pour faire la correction (structurel, énergétique, émotionnel, nutritionnel, réactivité, polarités, etc.).Chaque cas étant unique, un grand choix de corrections est rapidement testé pour en déterminer la priorité.

Avec cette méthode, les praticiens déjà formés à d’autres techniques sont à même d’intégrer immédiatement à leur pratique ces processus de correction.
L’origine des souffrances d’une personne venue consulter, peut être cernée, révélée et mieux comprise.
Mal être en raison de conflits familiaux, difficultés d’ordre professionnels, ou souffrances du passé toujours actives.
Chaque séance sera adaptée aux besoins propres de la personne.
A travers le test musculaire de la Kinésiologie, nous avons accès, par cette réponse physiologique, à une formidable banque de données constituée par la mémoire cellulaire du corps.
Nous aidons le sujet à ne plus s’identifier à ses troubles .
Nous cherchons avec lui les moyens à mettre en oeuvre pour qu’il « s’en sorte », pour créer avec lui un processus de transformation qui va le faire évoluer et le libérer de ses entraves.
Notre histoire personnelle et individuelle est constituée d’une longue suite d’événements auxquelles nous ne donnons pas toujours un sens.
Et pourtant, cette considérable loi de « cause à effet » qui régit notre univers, détient les clés de notre évolution personnelle.
Au fil du temps, nous avons peu à peu enfoui dans les profondeurs de notre inconscient, les déceptions, les rancunes, les peurs, les hontes de nos vies.
Mais comme le feu sous la cendre, ces émotions continuent à vivre et à nous affecter.
De là ces nombreux troubles fonctionnels et douloureux dont l’origine somatique et incertaine déconcerte des praticiens qui paraissent parfois démunis.
La Kinésiologie Psycho-Emotionnelle permet d’apprendre à faire face au vécu, à aider les personnes à comprendre ce qu’ils ont inscrit dans leur chair.
Cette méthode donne les moyens nécessaires pour aborder les causes ou les facteurs aggravant de nombreux troubles.
Le Kinésiologue, grâce au sens du contact que son métier a su lui faire développer, à la confiance que lui font les personnes consultantes, et à la régularité de ses séances, peut tranquillement, sans inquiéter, leur faire prendre conscience du lien qui existe entre leur maux et leur vie, les amener doucement à voir leur propre réalité, permettre en souplesse qu’ils puissent modifier leur attitude et dénouer leur blocage, de là le rôle éducatif aussi bien que rééducatif de la Kinésiologie.

Exemple d’un cas clinique 

Depuis deux mois un de mes jeunes clients est atteint d’une lombalgie rebelle à tout traitement. Le repos, les anti-inflammatoires du médecin traitant et les infiltrations du rhumatologue ainsi que quelques séances de massages n’ont rien fait.
Le scanner et l’I.R.M. sont normaux et ne visualisent aucun problème discal.
Ce patient souffre cependant beaucoup et vient me voir avec une importante contracture des psoas ( muscles de la colonne vertébrale ) et une antéflexion du tronc de presque 45°.
Les tests de Kinésiologie que j’effectue, me montrent que l’origine du trouble n’est pas structurelle mais émotionnelle.
En discutant avec le patient, j’apprends qu’il a perdu son père quelques jours avant son lumbago. Je lui demande alors dans quelles circonstances il a appris la nouvelle et il me dit qu’on lui a annoncé par téléphone à son travail. J’insiste pour avoir plus de détail et il se souvient qu’il était penché en avant par dessus son bureau en tenant le téléphone.
La nouvelle l’avait tellement abasourdie qu’il avait cru quelques instants pouvoir défaillir. Ainsi toutes les cellules de son corps enregistrent et fusionnent une antéflexion du tronc avec une douleur émotionnelle intense. 
Suite aux indications du test musculaire, je pratique à propos de cette scène, une technique de Kinésiologie appelée  » libération de stress émotionnel et physique ». Ce fut là toute mon intervention pour la première séance.
Ce jeune homme m’appela le lendemain pour me dire que presque toute la douleur avait disparu et que sa posture s’était beaucoup améliorée.
Le reste se normalisa en quelques jours.

Cerveau et Kinésiologie

CIA

Pour comprendre la Kinésiologie Psycho-Emotionnelle il nous faut envisager le cerveau dans sa composante antéro-postérieure.
Si nous divisons le cerveau par un plan vertical passant par l’oreille, nous avons deux cerveaux, un antérieur et un postérieur.
Le cerveau postérieur comprend l’aire visuelle primaire, l’Aire de Wernicke (aire de la compréhension du langage), l’Aire Somesthésique (ce que nous ressentons physiquement), l’Aire Idéo-motrice (où va naître l’idée du mouvement), l’Aire Auditive, et une partie du cortex moteur.
Au centre de ce cerveau postérieur se trouve l’Aire Commune d’Intégration ou C.I.A. (Common Intégrative Area), qui va analyser et stocker dans sa mémoire à long terme, toutes ces informations captées par nos sens, visuels, auditifs, somesthésiques, etc.
De plus la C.I.A. va recevoir des signaux directement du thalamus ainsi que d’autres zones de la base du cerveau.
Son rôle va être d’associer directement ce qui se passe dans notre vie avec l’expérience mémorisée et de choisir la meilleure manière de réagir sur la base des programmes qui se sont déjà établi au cours de notre histoire et qui constituent nos systèmes de croyance , notre éducation et nos schémas mentaux relatifs à un fort instinct de conservation.
C’est le centre de notre ego, de l’image et de l’estime de soi.
Cette CIA fonctionne comme un ordinateur : ce qui a été mis dans le programme va correspondre à ce qui va en sortir par notre langage verbal et corporel.
Que ce langage soit vrai, profitable, ou auto-destructeur ne fait pas de différence car la C.I.A. n’a d’autres choix que de répéter les expériences du passé, relatives à la survie de la personnalité, fonction prioritaire du cerveau postérieur.
C’est donc cette zone du cerveau qui va répondre aux stress en fonction de ce qui a été enregistré.
L’instinct de conservation considère tout changement comme dangereux.
Par peur du risque il maintient fortement nos comportements habituels, nos schémas de pensée les plus anciens, caducs ou anachroniques.
La CIA cristallise nos croyances du passé souvent à l’origine de nos difficultés et de nos souffrances.

 » Attention, nous murmure la CIA »
 » N’essayes pas de faire autrement, c’est dangereux »
 » De toute façon tu n’y arriveras pas « , nous susurre-t-elle sournoisement à l’oreille.
 » Non c’est vrai, ça n’est pas à mon âge qu’on peut changer « , se dit-on finalement vaincu.
 » La vie est trop cruelle, c’est un combat permanent, je n’ai jamais de chance, c’est toujours à moi que ça arrive, c’est toujours pareil … »

Ces réflexions constituent un exemple d’un système de croyance qui pourrait conditionner notre vécu, notre réalité.
Ces pensées négatives enferment le sujet dans un système et l’empêchent d’avoir accès aux messages de son corps, à ses besoins profonds.
Grâce à la Kinésiologie Psycho-Emotionnelle, nous pouvons rééduquer cela.
C’est la partie antérieure du cerveau qui va nous libérer des conditionnements, des blocages du mental et du physique.
L’Aire de la Pensée Associative (Concious Associationnal Thinking ou C.A.T.) va être, à l’inverse de la C.I.A., notre véritable conscience du temps présent, ici et maintenant.
La possibilité d’aller mieux, de vivre plus heureux, nos nouveaux choix, une autre manière d’envisager la vie, l’emploi de nos capacités laissées en friche, tout ce qui peut nous sortir d’un état jugé indésirable, résident dans cette zone.
C’est le centre de l’inspiration, de l’imagination et de l’intuition.
La C.A.T. est le centre de la mémoire à court terme. Pour qu’une perception de cette zone soit enregistrée par le cerveau postérieur, il faut qu’elle soit répétée consciemment plusieurs fois ou avoir une très grande intensité émotionnelle ou intellectuelle.
Quand la partie du cerveau qui correspond à la C.A.T. est stimulée artificiellement, elle réagit presque uniquement à la lumière.
Il n’est donc pas étonnant d’employer des expressions du domaine visuel, comme « voir clair dans la vie »,  » voir les choses autrement », « voir ce que ça veut dire ». L’expression « à la lumière de.. » reflète exactement ce qui se passe dans notre cerveau antérieur. Quand il domine notre pensée, il nous permet alors de « voir » la vie autrement, sans le filtre du passé.
A ce moment tout devient possible car la C.A.T. a le pouvoir d’inhiber toute autre fonction du cerveau et du corps.
Cette zone n’est pas conditionnée par le souvenir d’expériences ou d’émotions qui viendraient perturber la perception du temps présent, et influencer les choix possibles du moment.
Hélas nous n’utilisons notre cerveau antérieur que rarement (5% du temps), sauf en parlant, puisque le centre de la formation du langage s’y trouve (Aire de Broca).
Il n’est donc pas surprenant qu’après avoir verbalisé ce qui nous perturbe, nous voyons les choses autrement.
En cas de stress, on utilise la partie postérieure du cerveau pour penser.
Le stress, qu’il soit d’origine physique (fatigue…), émotionnelle (colère, peur…) ou chimique (intoxication, ..) diminue nos capacités normales.
Nous passons alors en régime de survie commandé par le cerveau postérieur.
Le stress agit comme une lobotomie impliquant une réduction de conscience et le plus souvent une incapacité de choix.
La Kinésiologie Psycho-Emotionnelle est la rééducation de l’intégration avant / arrière du cerveau, elle redonne au sujet des possibilités de choix, là où il pense qu’il n’y en a pas.
Les systèmes de croyance empêchent nos capacités de choix.
Ce sont des schémas ou habitudes de penser héritées du passé, qui sont comme des filtres nous empêchant d’être conscient de la réalité.
Un système de croyance est une habitude de l’esprit qui déforme la réalité.
Nous avons tous nos convictions propres, notre manière particulière de réagir aux événements, notre interprétation différente de la réalité, un filtre qui va déterminer notre bien-être ou notre mal-être.
Ceci va entraîner une manière souvent inconsciente de vivre et de penser d’après des attitudes limitantes qui nous enferment dans des schémas répétitifs.
L’un des buts de la Kinésiologie Psycho-Emotionnelle est d’élargir nos possibilités individuelles.
Ce que nous faisons de notre vie et ce qui s’y passe, est en partie le reflet de ce que nous croyons.
Des techniques d’écoute particulières issues des derniers développements de la communication vont nous permettre d’identifier les systèmes de croyance des sujets, de les aider à en prendre conscience et à s’en libérer.

pepeol3

Le baromètre du comportement

C’est un des outils du Trois Concepts, sa colonne vertébrale.
Nous avons choisi de vous le présenter parmi d’autres techniques en raison de sa simplicité et de son efficacité.
Il est formé de trois parties : Conscient, Subconscient, Corps.
Ce tableau permet de déterminer avec précision, par test musculaire, où se situent les blocages émotionnels qui se manifestent dans notre vie par rapport à un problème psychologique ou physique particulier.

En voici un extrait :

BAROMÈTRE DU COMPORTEMENT

L’état désiré « je suis dans…
 » l’état actuel « je me sens dans … »
CONSCIENT 
ACCEPTATION
OPPOSITION
DISPOSITION
COLÈRE
INTÉRÊT
RESSENTIMENT

SUBCONSCIENT 

ENTHOUSIASME
HOSTILITÉ
ASSURANCE
PEUR (de perdre)
ÉGALITÉ
CULPABILITÉ

CORPS 

ACCORD
INDIFFÉRENCE
UNITÉ
SÉPARATION
CHOIX
PAS DE CHOIX

 

  • Le niveau conscient représente le présent, notre actuelle perception du monde.
  • Le niveau subconscient représente nos expériences passées, celles dont on peut se souvenir.
  • Le niveau corporel est la mémoire celullaire de notre corps, notre passé lointain, ou refoulé.
    Chaque niveau est divisé en six catégories constituant un ensemble d’environ 150 mots (non décrits ici) désignant des états émotionnels précis et différents.
    Ce qui est à droite représente un état émotionnel ressenti négativement, tandis que ce qui est à gauche représente un état d’esprit désiré et positif.
    La partie droite nous indique dans quel stress émotionnel nous nous sommes bloqué, la C.I.A. contrôlant alors nos comportements.
    Ce baromètre précis et performant s’utilise avec le test musculaire.
    C’est un point de départ, une proposition de travail pour la personne qui va mettre en mots ses difficultés.
    En utilisant les correspondances internes du baromètre, nous aidons le sujet à mieux comprendre son processus personnel, ses motivations, ses réactions, ses limites et ses difficultés, cet état ressenti dont il se dit la victime.
    En associant certains mots du côté gauche du baromètre avec des exercices utilisant les mouvements oculaires, et les points neuro-vasculaires (points de Bennett) correspondant à la C.A.T., on va permettre à la personne de s’identifier à un état désiré plus positif, on l’aide à se déterminer, à faire le choix conscient d’une attitude plus favorable.
    Par exemple, quand quelque chose ne va pas dans notre vie notre première réaction est l’OPPOSITION car nous nous sentons, état ressenti, attaqué, contesté, contrarié.
    Si la situation se prolonge nous allons rapidement tomber dans la COLÈRE, nous deviendrons alors exaspéré, furieux, agressif (mots de la droite du baromètre).
    Avec la Kinésiologie, nous aidons cette personne à devenir optimiste, à choisir consciemment d’être plus ouverte et adaptable ou bien disposée et responsable (mots de la gauche du baromètre).
    Les corrections que nous allons faire auront une réelle efficacité sur la manière dont la personne va se comporter et ressentir la situation, aussi bien sur un plan émotionnel que physique.
    En fait à n’importe quel moment chacun peut faire le choix de passer du bon coté du baromètre et arrêter le processus de dégradation émotionnelle.
    Le stress nous en a souvent empêché et notre corps a fini par exprimer des « messages » à ce sujet: dorsalgies, migraines, ulcères, spasmophilie, dépression, etc.

Dans une étude médicale américaine récente, il s’est avéré que 75 % des gens consultants un médecin aux U.S.A. ne présentaient aucun trouble objectif organique en rapport avec les symptômes décrits. Il s’agissait donc de troubles fonctionnels contre lesquels aucune action répressive ne saurait être efficace, sinon par effet placebo.
La Kinésiologie Psycho-Emotionnelle trouve ici une place de choix dans l’approche psycho-corporelle, les Kinésiologues deviennent de véritables nouveaux éducateurs de santé, ils sont déjà souvent les « confidents » voir les « confesseurs  » en raison de leur disponibilité et de leur gentillesse, mais ils trouvent dans l’outil de la Kinésiologie Psycho-Emotionnelle un moyen de dépasser ce stade et d’aider leurs clients sur leur chemin de vie.